";
 
   
 
  Politique         economie         societe         sport         contRibutions         Dossier         Biographie         A la decouverte de  
  Breve : BOLIVIE : UN COUP D'ETAT DEGUISE EN CONTESTATION ELECTORALE  
  Document sans nom
Impartialement : L'Édito de Valery Foungbe2
 

POURQUOI NOUS DEVONS FAIRE ATTENTION..

Affaire DJ ARAFAT / Publication d'AUDIO sur Hamed Bakayoko

 

POURQUOI NOUS DEVONS FAIRE ATTENTION...

 

Mieux vaut prévenir que guérir, dit l'adage. C'est à cette aune que je voudrais me permettre d'inviter tous les Internautes, les miens particulièrement, à faire très attention à ce qu'ils publient ou partagent.

 

J'ai entendu un audio repris un peu ici et là avec la voix d'une  dame qui porte de graves accusations sur monsieur Hamed Bakayoko.

 

Je suis très mal placé pour être son défenseur, puisque et son régime et lui-même même ne sont pas mes référents politiques encore moins leur façon de gouverner ce pays.

 

Cependant, par expérience, je suis de ceux qui pensent qu'on peut s'opposer farouchement sans être dans la détestation et la calomnie.

 

Aussi, inviterais-je tout le monde à avoir une '' attitude et des réflexes journalistiques'' lorsqu'on est en possession d'une '' information''.

 

Ces réflexes sont simples mais pas simplistes dans un monde où la course au buzz et au scoop ont relativement changé l'activité informationnelle. 

 

VÉRIFIER, VÉRIFIER et encore VÉRIFIER avant de publier.

 

L'Arlésienne du '' il n'y a pas de fumée sans feu "  devient inopérante lorsqu'il s'agit de toucher à la vie privée des gens. Même de ses ennemis.

 

Les propagandistes d'hier ont aussi trouvé dans « l’indépendance » des réseaux sociaux le moyen de reprendre du service sans avoir à rendre compte.

 

Chacun étant son propre chef sur les Réseaux sociaux. Cela devrait plutôt nous inviter à plus de responsabilité.

 

D'ailleurs, plusieurs gouvernements, même les plus avancés en démocratie commencent à '' réguler'' les réseaux sociaux car la liberté y vire subtilement au libertinage.

 

De sorte que n'importe qui peut se lever et dire n'importe quoi sur tout au nom de la démocratie. Cela n'est plus acceptable.

 

Car des pyromanes de tout acabit, il y en a partout. Et qui ne mesurent jamais les incidences de leurs propos ou publications.

 

C'est pourquoi je dénonce avec fermeté cet AUDIO qui à l'écoute et à l'analyse est un condensé de MENSONGES et de DIFFAMATION outrancière qu'aucune opposition idéologique ne saurait tolérer.

 

A tous ceux qui sont mes connaissances, je voudrais leur dire de ne pas publier par quelque moyen que ce soit cet audio infamant et ridicule. Pourquoi ?

 

Mais parce qu'il est moralement abject en ce sens qu'il ne repose sur rien de tangible et surtout qu'il expose ses auteurs et relais à plusieurs dispositions pertinentes des Lois Ivoiriennes.

 

Le Ministre Hamed Bakayoko peut pour laver son honneur vous poursuivre soit pour '' Diffamation'' soit pour  « Diffusion de fausses nouvelles ».

 

En effet, aux termes de l'alinéa 1 de l'article 173 du Code Pénal : 

 

" La publication, la diffusion, la divulgation où la reproduction PAR QUELQUE MOYEN que ce soit, DE NOUVELLES FAUSSES, de pièces fabriquées, falsifiées ou MENSONGÈREMENT attribuées à des tiers, est puni de l'emprisonnement d'un à  trois ans  et d'une amende de 500000 à 5000000, lorsqu'il en résulte ou qu'il pouvait en résulter la désobéissance aux lois, une atteinte au moral de la population, où le discrédit sur les institutions ou leur fonctionnement "

 

C'est au nom de cette disposition que même un député de la république a été mis en accusation et écroué. Sans que son immunité n’ait été levée. La justice ayant trouvé la parade avec son interprétation du flagrant délit…

 

Les réseaux sociaux faisant désormais corps avec les médias en ligne, ce que nous publions  peut tomber sous le coup des sanctions pénales prévues au Chapitre  2, section 1 de la Nouvelle Loi sur la Presse de 2017.

 

Cette Loi sur la presse est principalement dédiée aux journalistes mais aussi à toute personne utilisant les canaux que le législateur peut ou considère comme moyen de communication.

 

En son article 89, La Loi n'exclut pas de façon absolutoire la peine de prison pour les journalistes puisque celle-ci doit être comprise '' sous réserve de toute disposition légale applicable ".

 

L'une des infractions punies est la Diffamation.

 

L’alinéa 1 de l’article 90 de ladite Loi la définit comme étant '' Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps social auquel le fait est imputé ..."

 

Dans le cas d'espèce, le Ministre est diffamé. Aussi toute personne qui publie ou partage est punissable selon l'alinéa 2 de l'article 90.

 

Il stipule, en effet, que '' La publication directe ou par VOIE DE REPRODUCTION de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite SOUS FORME DUBITATIVE ou si elle vise une personne ou un corps social non expressément nommé mais dont l'identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, dessins, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés ".

L'amende ici varie en 1 et 3 millions de FCFA.

 

Au final, qu'on se situe au plan du Code Pénal qu'au plan de la Loi sur la Presse, nous devons faire attention et parler de ce que nous avons science certaine.

 

Même dans ce cas, dans la Loi sur la presse par exemple, vous  êtes interdit de parler de la vie privée des gens. Même si ce que vous dites est vrai (Art 98).

 

Ce gouvernement n'a pas hésité comme je le disais plus haut à incarcérer un député en interprétant à sa guise le concept de la flagrance du délit. Il vient de subir une honte avec la profanation de la tombe de DJ ARAFAT.

 

Le couteau entre les dents, il ne va pas s'embarrasser de fioritures pour casser le thermomètre pour faire baisser la fièvre. D’ailleurs, certains des cyber-activistes ont entonné en chœur le refrain très curieux et ringard de la main de l’opposition derrière la profanation de la tombe de DJ ARAFAT.

 

Des allégations tout aussi diffamatoires que ceux qui circulent dans cet audio exécrable sur les relations de Hambak et DJ ARAFAT.

 

Ceux qui veulent donner les moyens de la « vengeance » peuvent ignorer notre doléance et continuer à publier ce qu’ils ne pourront prouver en cas de procès. Mais ceux qui savent que l'élégance politique n'est pas une faiblesse mais plutôt une qualité ne doivent plus relayer ces mensonges éhontés.

 

Après, c’est chacun qui voit. Mais, j’aurai, pour ma part, alerter…

Pour que nul ne se prévale ensuite de ses propres turpitudes.

 
 
impartialement
L’édito de Valery Foungbé
POURQUOI NOUS DEVONS FAIRE ATTENTION..

Affaire DJ ARAFAT / Publication d'AUDIO sur Hamed Bakayoko

 

POURQUOI NOUS DEVONS FAIRE ATTENTION...

 

Mieux vaut prévenir que guérir, dit l'adage. C'est à cette aune que je voudrais me permettre d'inviter tous les Internautes, les miens particulièrement, à faire très attention à ce qu'ils publient ou partagent.

 

J'ai entendu un audio repris un peu ici et là avec la voix d'une  dame qui porte de graves accusations sur monsieur Hamed Bakayoko.

 

Je suis très mal placé pour être son défenseur, puisque et son régi

Lire la suite >>>
Biographie
MARIE CHANTALE KANINDA, LA PATRONNE DU DIAMANT...
titre
dossier de la semaine
Procès Gbagbo / Blé Goudé : COMMENT BENSOUDA A TROMPE TOUT LE MONDE
Valery Foungbe - 05-06-2019
A la decouverte de

Emeraude Charly - 22-05-2019