";
 
   
 
  Politique         economie         societe         sport         contRibutions         Dossier         Biographie         A la decouverte de  
  Breve : RDC / : MOISE KATUMBI ANNONCE SON RETOUR DANS SON FIEF  
  Document sans nom
Politique
 

" La solidarité africaine ne s’est pas manifestée durant cette épreuve et cela est regrettable "... : François Lonseny Fall, ex-Ministre des Affaires Etrangères de Guinée à propos de l'épidemie Ebola

Avec la Sierra-Leone et le Liberia, la Guinée fait partie des trois pays d'Afrique de l'ouest durement touchés par l'épidémie de la fièvre hémorragique Ebola. La Guinée qui sort de plusieurs décennies tourmentées et qui s'apprêtait à lancer de grands chantiers en vue de décoller enfin, a été confrontée à une autre bataille terrible. Pour en savoir sur les moyens de lutte mis en place et le préjudice de cette maladie, nous avions interrogé le ministre Lonseny Fall, ex-Chef de la diplomatie guinéenne. Exclusif !

Monsieur le Ministre, comment votre pays s'organise-t-il au plan sanitaire et sécuritaire pour endiguer la propagation du virus Ebola ?
Dès l'apparition de l'épidémie à virus Ebola dans le sud de la Guinée, le gouvernement s'est attelé aussitôt à y faire face. J'avoue que le pays n’était pas préparé à faire face à un tel fléau, ce qui explique le nombre élevé de victimes durant les premiers mois. Aujourd'hui, la Guinée, après de nombreuses leçons, a fait de grands progrès dans la gestion de cette épidémie avec l'assistance de plusieurs partenaires internationaux dont MSF, l'OMS et le CDC / Atlanta. Aujourd’hui, la situation s'est stabilisée grâce à la panoplie de mesures prises aussi bien dans les zones infectées que dans le reste du pays.
Avec l'extension au Libéria et à la Sierra Leone, le Président Alpha Condé, en sa qualité de Président en exercice de l'union de Mano River qui regroupe le Libéria, la Sierra Leone, la Côte d'Ivoire et la Guinée, a convoqué un sommet extraordinaire à Conakry en vue d'harmoniser les efforts pour contenir l'épidémie. Il a été décidé à cette occasion de mettre un cordon autour de la zone commune de frontières des trois pays située dans la zone appelée Bec de Perroquet.
La Guinée a pris d'autres mesures additionnelles à l'aéroport de Conakry pour tous les passagers avec un double contrôle par la prise de température avant l'enregistrement et l'embarquement. Les partenaires attestent tous que ces mesures ont fait leur preuve et aujourd'hui, Dieu merci, aucun passager n'a été contrôlé positif à son arrivée dans un autre pays. La compagnie Air France qui continue à desservir l'aéroport de Conakry partage cet avis. L'OMS a recommandé à tous les États de ne pas fermer leurs aéroports à cause des mesures adéquates prises dans les aéroports de départ et qui ont fait leur preuve, le site de l’OMS l'atteste. Par ailleurs, la coopération des populations étant cruciale dans la lutte contre cette épidémie, le gouvernement a entrepris de larges campagnes de sensibilisation aussi bien dans les zones affectées que sur le reste du territoire. Toutes ces mesures tendent à faciliter la prise en charge des personnes infectées ainsi que la prévention contre la propagation de l’épidémie.

Que pensez-vous des mesures prises par certains pays africains, la Cote d'Ivoire notamment à l'égard de votre pays ?

Nous ne jugeons pas des actes posés par d'autres États concernant ce genres de problèmes. Nous voulons simplement en appeler à tous les États, surtout africains de faire confiance aux mesures en vigueur au départ de l'aéroport de Conakry. ll s'agit d'une question sensible mais aussi d'une question de solidarité. Nous devons nous donner la main pour juguler cette menace pour nous tous. Pour notre part, en tenant compte de la faiblesse des infrastructures sanitaires au Liberia et en Sierra Leone et sur la base de l'expérience acquise par les médecins guinéens, ceux-ci n'hésitent à franchir les frontières de ces deux pays pour partager leur expérience avec leurs frères libériens et Sierra-Leonais.

Quels pourraient-être les conséquences de cette psychose générale dans les relations diplomatiques entre la Guinée et les autres pays africains qui prennent des mesures unilatérales ? L'intégration africaine peut-elle survivre à Ebola ?

La solidarité africaine ne doit pas être un vain mot. Les pays atteints sortiront de cette épreuve. Si les pays européens, asiatiques et américains n’ont pas fermé leurs frontières aux ressortissants guinéens, nous constatons avec regret qu'en dépit des mesures rassurantes prises au départ de l'aéroport de Conakry, des États africains maintiennent leur position. Nous attendons des États africains plus de solidarité en ces moments difficiles pour certains de ses membres. Ceci est valable aussi bien pour la CEDEAO que pour l’Union Africaine. La solidarité africaine ne s’est pas manifestée durant cette épreuve et cela est regrettable.

D'aucuns affirment que l'apparition soudaine du virus Ebola en Guinée est le prolongement de la guerre bactériologique sournoise menée par les occidentaux pour pouvoir asservir les pays africains aux ressources naturelles abondantes. Qu'en dites-vous ?

Je ne souhaiterais pas m'aventurer sur ce chemin. Ce qui est sûr, c'est que le génie humain est sans limite et comme tel, il parviendra très bientôt à vaincre le virus Ebola comme il l'a déjà fait pour d’autres virus ayant entraîné des pandémies dans l'histoire.

Au plan économique, peut-on se risquer à dire que les politiques visant l'émergence à l'horizon 2020 sont compromises avec ce fléau ?

En dehors du taux élevé de décès, l'impact de la fièvre Ebola entraîne d'autres conséquences négatives sur l'économie de nos pays qui se manifestent par le ralentissement des échanges commerciaux, la productivité du travail et plusieurs autres secteurs: transports, investissement, tourisme etc. Au stade actuel, la Guinée a subi une perte de près de 1,5 du taux de croissance de son PIB. Cette épidémie survient au moment où la Guinée se prépare à lancer son méga projet minier de Fer de Simandou Sud d'un investissement de l'ordre de 20 milliards de dollars avec la construction d'un chemin de fer de plus 600 km, d'un nouveau port en eau profonde, la création de plus de 45000 emplois. Nous avons confiance en l'avenir, sous peu, cet épisode ne sera qu'un mauvais souvenir. In Challah !

Interview réalisée par VALÉRY FOUNGBE

 
 
impartialement
L’édito de Valery Foungbé
Le dilemme fondateur
Le 1 février 1969, Cyrus L. Sulzberger, journaliste au New York Times donnait cette réplique à Michel Débré qui se plaignait à lui sur le traitement qu’il faisait de la politique française dans son journal : « On ne peut attendre d’un journaliste des louanges. Il écrit pour expliquer et informer. Il entend, il observe, il analyse, puis il fait son rapport. Personne ne lui demande de tremper sa plume dans de l’acide. Mais il ne doit pas non plus la tremper dans de l’eau bénite. » Toute la problématique du journalisme est résumée dans cette phrase. Tout le dilemme du journaliste également. Peut-on être vraiment impartial en journalisme sans passer pour un partisan de l’immobilisme et des fuites en avant devant les
Lire la suite >>>
Biographie
ETHIOPIE / MEAZA ASHENAFI, UNE FEMME DE DEFIS A LA COUR SUPREME
titre
dossier de la semaine
CHARNIER DE YOPOUGON / TOUT COMPRENDRE
Valery Foungbe - 17-05-2019
A la decouverte de
COMPLEXE AGRO-PISCICOLE DE EUGENIE FAIZOUN
Valery Foungbe - 28-01-2017