";
 
   
 
  Politique         economie         societe         sport         contRibutions         Dossier         Biographie         A la decouverte de  
  Breve : RDC / : MOISE KATUMBI ANNONCE SON RETOUR DANS SON FIEF  
  Document sans nom
Politique
 

6ième Session Ministérielle de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille verte

 

 

6ième Session Ministérielle de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille verte

Voici les attentes des experts et des ministres

Les travaux de la 6ième session ministérielle de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte ont abouti à une série de recommandations visant à poursuivre le travail colossal entamé par les initiateurs de cette grande politique visant à freiner les effets de l’avancée du désert et des changements climatiques sur les onze pays concernés.

Au niveau opératif, les Ministres et les experts ont pris la décision de nommer un nouveau Secrétaire exécutif en remplacement du Sénégalais Abdoulaye Dia dont le mandat est arrivé à expiration. Ensuite, ils ont convenu d’accélérer le niveau et le rythme des apports financiers en vue de renflouer l’Agence dont le siège sera établi à Nouakchott.

En outre, la 6ième session ministérielle a appelé les Etats-membres à faire des efforts pour augmenter le seuil de leurs contributions pour assurer définitivement l’autonomie financière de l’Agence.

Enfin, les travaux ont mis l’accent sur la nécessité d’une stratégie de communication efficiente et efficace pour mieux faire appréhender les objectifs de la Grande muraille verte et motiver des partenaires extérieurs.

A l’ouverture de cette importante rencontre le 30 juin 2018 à Nouakchott, l’actuel Secrétaire Exécutif, le Professeur Abdoulaye Dia a fait savoir qu’avec l’instauration de la Grande Muraille verte, les Chefs d’Etats des pays concernés ont marqué leur souci de préservation de la paix sociale. En effet, selon lui, en redonnant vie aux zones durement touchées, ils préviennent des conflits sociaux.

A en croire, le Pr Dia la Grande vise à restaurer le couvert perdu. Cela passe par des actions de reboisement et de restauration du capital perdu. Il ne s’agit pas a-t-il signifié d’un simple reboisement mais d’une nouvelle approche intégrée et multisectorielle qui prend en compte les aspirations des populations des zones sinistrées.

Il a également indiqué que d’autres actions phares se déroulent parallèlement et visent la création d’emplois pour les mêmes populations. «  Nous avons le devoir de laisser un plan clair à la jeunesse » ajoutera-t-il en assurant que la Stratégie 2016-202 de l’Agence est en marche.

Dans cette veine, il a invité les jeunes à « contribuer aux caravanes vertes que l’Agence va initier ».

Présente à l’ouverture des travaux, Sahle-Work Zewde, Sous- Secrétaire Générale des Nations Unies et Représentante du Secrétaire Générale de l’Onu auprès de l’Union africaine s’est dite heureuse d’être en terre mauritanienne. Elle s’est surtout réjouie du fait que le Plan de soutien du Sahel ait été adopté par le Secrétaire Générale de l’ONU. Pour elle, en dépit du challenge colossal que représente la lutte contre la désertification, l’ONU estime que le Sahel est une terre d’opportunités.

La Commissaire de l’Union africaine chargée de l’Economie rurale et de l’Agriculture a été du même avis et a assuré les promoteurs de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte du soutien de tous les instants du Président de la Commission de l’UA.

Quant à Ibrahim Mayaki, Secrétaire Exécutif du NEPAD, la lutte de l’Agence doit intégrer l’utilisation de l’innovation comme un accélérateur de solutions. Dans un discours incisif, Monsieur Mayaki a suggéré que l’Afrique tire profit des bonnes pratiques afin de les implémenter. Puisque pour lui, la Grande Muraille verte est une « importante innovation régionale pensée par les Africains pour les Africains ».

C’est pourquoi devant l’attitude attentiste des partenaires extérieurs dont l’appui financier se fait rare, il a annoncé que le Projet se fera avec ou sans eux. Toutefois, il a fait savoir que Le NEPAD est disposé à aider à lever certains obstacles.

Présidant la 6ième session, le Ministre de l’Environnement de la Mauritanie a, pour sa part, pointer les ravages de la désertification qui entraine des phénomènes migratoires. Aussi, a-t-il trouvé que la Grande Muraille Verte est un plan harmonieux, cohérent et régional. Malgré les avancées dans la lutte notamment le rehaussement des conditions de vie des populations touchées, il pense que des efforts sont à faire principalement dans la mobilisation des fonds.

Au terme des travaux, plusieurs candidatures ont été enregistrées en vue de pourvoir les différents postes de l’Agence et surtout la nomination du futur Secrétaire Exécutif. Celles-ci sont en cours d’évaluation et la prochaine réunion des Chefs d’Etat décidera.

 
 
impartialement
L’édito de Valery Foungbé
Le dilemme fondateur
Le 1 février 1969, Cyrus L. Sulzberger, journaliste au New York Times donnait cette réplique à Michel Débré qui se plaignait à lui sur le traitement qu’il faisait de la politique française dans son journal : « On ne peut attendre d’un journaliste des louanges. Il écrit pour expliquer et informer. Il entend, il observe, il analyse, puis il fait son rapport. Personne ne lui demande de tremper sa plume dans de l’acide. Mais il ne doit pas non plus la tremper dans de l’eau bénite. » Toute la problématique du journalisme est résumée dans cette phrase. Tout le dilemme du journaliste également. Peut-on être vraiment impartial en journalisme sans passer pour un partisan de l’immobilisme et des fuites en avant devant les
Lire la suite >>>
Biographie
ETHIOPIE / MEAZA ASHENAFI, UNE FEMME DE DEFIS A LA COUR SUPREME
titre
dossier de la semaine
CHARNIER DE YOPOUGON / TOUT COMPRENDRE
Valery Foungbe - 17-05-2019
A la decouverte de
COMPLEXE AGRO-PISCICOLE DE EUGENIE FAIZOUN
Valery Foungbe - 28-01-2017