";
 
   
 
  Politique         economie         societe         sport         contRibutions         Dossier         Biographie         A la decouverte de  
  Breve : ETHIOPIE / TENTATIVE DE COUP D'ETAT : LE CHEF D'ETAT-MAJOR DE L'ARMEE TUE PAR SON GARDE DU CORPS  
  Document sans nom
Politique
 

CHARNIER DE YOPOUGON / TOUT COMPRENDRE

CHARNIER DE YOPOUGON /  ALASSANE OUATTARA :  

« Je ne peux pas penser, connaissant Gbagbo, que les instructions viennent de lui. »

 

19 ans après,  verser ces éléments à l’appréciation de tous afin que chacun se fasse une idée propre de l’un des ferments de la crise ivoirienne après l’élection du Président Laurent Gbagbo en octobre 2000 est d’une importance capitale. 24 points pour se faire une idée précise de ce qu’il s’est passé et du rôle que le RDR a pu jouer dans cette affaire. Le RDR pourra naturellement apporter des éléments pour contredire les faits ici énumérés.

 

1-Vendredi 27 octobre 2000, Amadou Gon dit avoir reçu l’information d’anonymes sur la présence d’une centaine de corps vers la MACA.

2- 15H, 27 octobre 2000, Amadou Gon et la cellule COM du RDR envoie une caméra sur place. Les images sont projetées vers le soir devant Ouattara dans sa résidence où se tient un bureau politique.

3- La Cellule COM du RDR a pris le soin d’alerter RFI, AFP, REUTERS, BBC et autres.

4- 16H39, première dépêche de l’AFP sur le «  charnier de Yopougon », le 27 octobre 2000.

5- 17H, le Président Gbagbo, en conseil des ministres lit cette dépêche à haute voix et demande à Lida et Boga de procéder à des vérifications.

6- Le 28 octobre 2000, Boga et Lida se rendent sur les lieux et immédiatement feu Oulai Siéné, Ministre de la Justice lance une enquête.

 

7- Ali Coulibaly, actuel Ministre de l’Intégration africaine, affirmera que « les victimes ne seraient pas seulement des militants et sympathisants de son parti, mais également des personnes " portant des patronymes du Nord ou des musulmans, en raison de l'amalgame pratiqué entre Dioulas [nom générique donné aux musulmans enCôte d'Ivoire] et militants du RDR.

 

8- Les 27 et 29 octobre 2000, deux présumés rescapés sont présentés à Ouattara. Il s’agit d’Ibrahim T. et Almamy D. Ils accusent les Gendarmes du Camp commando d’Abobo.

 

9- Le Commandant Be Kpan, décédé depuis, explique dans quel cadre les Gendarmes ont eu à intervenir dans la nuit du 26 au 27 octobre 2000, lorsque des barricades ont commencé à être posées par le RDR :

«  On a essayé de dégager les accès. C'était très violent. Ils avaient des lance-pierres, mais avec des billes en fer. Certains étaient armés. Les honnêtes gens nous appelaient au secours, mais nous avions du mal à atteindre certains quartiers. Il y avait des milliers de manifestants. Et ce n'étaient pas que des Ivoiriens… De vrais mercenaires, prêts à tout. Les affrontements se sont poursuivis jusqu'à 17 heures. On peut même parler de combat. Et pas avec des fusils de chasse, mais à coups de rafales de fusils d'assaut, des T 51. »

 

10- Il explique aussi la mort du Lieutenant de Gendarmerie, Emmanuel Nyobo N’guessan, tué par les hommes du RDR :

« Il a été tué en début d'après-midi. Il était avec une équipe de dix à quinze hommes. Quand j'ai été averti de sa mort et que je me suis rendu sur place, j'ai trouvé son corps déshabillé jusqu'aux genoux. Il avait reçu deux balles dans le bassin. Il avait l'œil crevé et un coup de machette ou de gourdin l'avait blessé à la tête ».

 

11- A partir du 28 octobre 2000 et cela pendant au moins une semaine, 56 corps sont autopsiés par les Docteurs Baudelaire Yao Koffi et Hélène Etté.

 

12-  Le dimanche 5 novembre, de 8h30 à 12 heures, les familles des victimes sont invitées à identifier les corps, dans un état de putréfaction avancé. 7 corps seulement sont identifiés ce jour-là.

En tout,  11 corps issus du charnier ont été identifiés le 18 décembre 2000.

 

13- Ils sont enterrés entre le dimanche 12 novembre et le 15 Décembre. Curieusement, sur le registre, à l'entrée du cimetière de Williamsville, « il est systématiquement précisé sous la rubrique " Filiation ou pétitionnaires " : RDR.

Comme il va le refaire en 2011 avec d’autres « morts », le RDR a demandé aux familles ayant identifié leurs proches parmi les victimes de signer une " délégation de pouvoir "… au nom du RDR.

 

14- Interrogé, Ouattara Dramane Alassane désigne ceux qu’il croit être les coupables : «  des éléments des forces de l'ordre qui ne peuvent avoir agi sans avoir reçu des instructions de leur hiérarchie ».

 

15- Ouattara Dramane Alassane écarte toute responsabilité du Président Gbagbo : « Je ne peux pas penser, connaissant Gbagbo, que les instructions viennent de lui. »

 

16- Pourtant, le journal le PATRIOTE des 28 et 29 octobre 2000 parle de «  génocide en marche » et affirme sans apporter un élément de preuve que « Dans le cas d'espèce [le charnier de Yopougon], les militants du RDR ont été raflés par les forces de l'ordre sur indication des militants du FPI ».

 

17- Or pour la FIDH et Reporters Sans Frontières « Cette thèse d'un massacre programmé et planifié, qui aurait été décidé au plus haut niveau de l'Etat comme de la gendarmerie, ne résiste pas à l'examen. Rien, dans les informations recueillies par la délégation FIDH-RSF, ne vient corroborer ces allégations ».

 

18- Les Gendarmes accusés nient tout en bloc et parlent d’une manipulation et d’un montage du RDR qui aurait transporté les corps ramassés çà et là après les affrontements des 24 et 25 octobre 2000 entre manifestants et les hommes de Guéi.

Des sources diplomatiques aussi pensent que le RDR est à la manœuvre vu que c’est son service de Communication qui a dirigé jusqu’alors les informations sur l’affaire.

 

19- Malgré toutes les zones d’ombre notamment la faible quantité de sang et de douilles retrouvées sur les lieux, le Commandant Be Kpan et 7 de ses hommes sont traduits en justice et leur procès s’ouvre le 24 juillet 2001.

 

20- Lors du passage des témoins de l’accusation, c’est la stupeur générale et la même confusion qui règne dans les procès des Pro-Gbagbo accusés encore par le RDR de crimes.En effet, aucun témoin n’étaye les accusations. D’autres se disent même surpris d’être là.

21- Selon le journal « Sud Quotidien » du 2 Août 2001, voilà quelques réponses des témoins de l’accusation aux questions du juge Deli Sepleu :

« Qu'est-ce que vous avez à nous dire sur cette affaire ?", interroge le président Deli Sepleu. "Rien", répond un témoin.

 « Je l'ai appris dans les journaux », explique un autre.

« Je m'étonne d'être là », lance un troisième.

 

22- Cette situation ubuesque fait écrire au journaliste Jean Roche Kouamé du quotidien le Jour du 2 août 2001, pourtant proche de l’opposition ceci : « Après 72 heures d'audition, aussi bien, des accusés que des témoins, le nœud gordien du charnier de Yopougon n'a pu être dénoué. C'est le grand paradoxe de ce procès. Une affaire mal emmanchée avec des témoins qui ne savent, pratiquement, rien du dossier. La journée d'hier a été la plus décevante ».

 

23- Face à ce genre de témoins,  et aux « nombreuses zones d"ombre" », le juge Deli Seupleu, a estimé que les arguments de l’accusation qui réclamait « la prison à vie » (Ange Kessi, répètera ce genre de réquisitions des années plus tard contre des soldats dits Pro-Gbagbo)  ne pouvaient emporter l'intime conviction des magistrats.

 

24- Les débats n'ayant pas pu démontrer « de façon irréfutable que ce sont les 8 gendarmes qui ont tiré » sur les 57 personnes en question, ils ont tout naturellement été acquittés et relaxés.

 

LE RDR a-t-il, une seule fois, expliqué les faits de la sorte ? NON.

Le RDR s’est plutôt lancé dans une campagne  de diabolisation frénétique de la Gendarmerie Nationale de Côte d’Ivoire, en faisant croire que ceux-ci bénéficiaient d’une forme d’impunité.

Et pourtant, tous ceux qui ont eu la chance d’assister à ce procès ont eu des surprises désagréables comme la présence de corps décédés par…noyade et par armes blanches, là où on a toujours fait croire à des exécutions sommaires par balles.

Mais, le RDR avait déjà son plan bien ficelé. Après l’échec du coup d’Etat du 8 janvier 2001, avec un certain Benoit Schauer, ils ont monté le film ténébreux «  Côte d’Ivoire, poudrière identitaire ».

La résultante de toute cette communication morbide a été d’accentuer la HAINE de certaines populations du Nord contre les Gendarmes et les populations dites du sud.

Le 19 septembre 2002, cette haine eut son terreau et se manifesta de façon brutale et sanguinaire : 300 morts en une seule nuit de combat à Abidjan, une centaine de Gendarmes et enfants (Mon ami DOSSO LADJI TIEZAN, son frère Alain et son père l’Adjudant Dosso Messolo furent ainsi massacrés) exécutés à Bouaké entre le 6 et le 9 octobre 2002. Sans compter tous ces anonymes, notamment les vieilles danseuses d’Adjanou froidement exécutées vers Sakassou.

 
 
impartialement
L’édito de Valery Foungbé
SORO, CE « PETIT » SANS « LEGITIMITE » A GRANDI…

La bataille fait rage entre le RHDP et Guillaume Soro. Indéniablement. Le dernier épisode de cette bataille qui a eu lieu à Rabat au Maroc, et qui a vu Amadou Soumahoro perdre la face, a fait comprendre à ceux qui tirent les marrons du feu auprès de Ouattara que l’ex-Président de l’Assemblée Nationale n’entend pas rester inerte devant l’entreprise d’enfouissement dont il est l’objet.

C’est sous ce prisme qu’il faut analyser la sortie du Ministre Hamed Bakayoko qui a déclaré, parlant de Guillaume Soro ceci : «  Tu es le plus petit dans la famille, tu n’es pas plus fort que le plus gr

Lire la suite >>>
Biographie
MARIE CHANTALE KANINDA, LA PATRONNE DU DIAMANT...
titre
dossier de la semaine
Procès Gbagbo / Blé Goudé : COMMENT BENSOUDA A TROMPE TOUT LE MONDE
Valery Foungbe - 05-06-2019
A la decouverte de

Emeraude Charly - 22-05-2019