";
 
   
 
  Politique         economie         societe         sport         contRibutions         Dossier         Biographie         A la decouverte de  
  Breve : COTE D'IVOIRE : OUATTARA FAIT EXPULSER DE COTE D'IVOIRE, NATHALIE YAMB, PROCHE DE MAMADOU KOULIBALY.  
  Document sans nom
Politique
 

DECHETS / LES CHIFFRES D’UN RAPPORT ALARMANT

GESTION DES DECHETS DANS LE MONDE

LES CHIFFRES D’UN RAPPORT ALARMANT

Selon un rapport de la Banque mondiale intitulé What a Waste 2.0, le monde produit 2,01 milliards de tonnes de déchets urbains solides par an, dont au moins 33 % ne sont pas traités correctement dans le respect de l’environnement. Une grave menace pour l’humanité et surtout pour l’Afrique

 

Cette nouvelle publication, qui vient actualiser un précédent rapport paru en 2012, indique que le volume des déchets produits chaque année va augmenter de 70 % au cours des 30 années à venir, pour s’établir à 3,4 milliards de tonnes. En cause, l’urbanisation rapide, la croissance démographique et le développement économique.

Or la tendance pour les prochaines années risque d’augmenter du fait justement de cette urbanisation rapide, de la croissance démographique et du développement économique. Plus grave, c’est la gestion desdits déchets qui pose problème et qui est source de risques pour la planète.

« La mauvaise gestion des déchets contamine les océans, obstrue les canaux d’évacuation des eaux et provoque des inondations, propage des maladies, accroît les problèmes respiratoires du fait du brûlage des ordures à l’air libre, tuent des animaux et affecte le développement économique, en nuisant par exemple au tourisme », rappelle Sameh Wahba, Directeur en charge du développement urbain et territorial, de la gestion du risque de catastrophe et de la résilience à la Banque mondiale.

En outre, le non-traitement des déchets solides contribue fortement au changement climatique : il représentait en 2016 presque 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (sans tenir compte des émissions liées au transport des ordures) d’après les enquêtes de la Banque Mondiale.

Ede Ijjasz-Vasquez, directeur principal du pôle Développement social, urbain et rural et résilience de la Banque mondiale insiste aussi sur le fait que « Les ordures brûlées à l’air libre ou déversées dans des décharges sauvages sont nocives pour la santé humaine, l’environnement et le climat, et sont un frein à la croissance économique dans les pays pauvres comme dans les pays riches. »

Des données effrayantes pour l’humanité

Le plastique qui pollue les océans et représente d’après le rapport 90 % des déchets marins. Et sur la seule année 2016, le monde a produit 242 millions de tonnes de déchets plastiques, soit l’équivalent d’environ 24 000 milliards de bouteilles en PET de 50 centilitres, du poids de 3,4 millions de baleines bleues ou de 1 376 Empire State Buildings.  En outre, le volume d’eau total contenu dans ces bouteilles pourrait remplir 4,8 millions de piscines olympiques ou 40 milliards de baignoires.

Le rapport « What a Waste 2.0 »  a aussi établi un diagnostic de la situation de chaque région. Il en ressort que l’Asie de l’Est-Pacifique est actuellement le premier producteur de déchets au monde (23 %). Par ailleurs, les pays à revenu élevé, qui ne rassemblent que 16 % de la population mondiale, génèrent plus d’un tiers (34 %) des déchets de la planète.

En termes de chiffres évalués en millions, l’on note que l’Asie de l’est et pacifique génère 468 millions de tonnes de déchets. Cette région est suivie par l’Asie du Sud avec 392 millions de tonnes. Ensuite, viennent l’Europe et l’Asie avec 334 millions de tonnes de déchets. L’Amérique du Nord produit 289 millions de tonnes de déchets quand l’Amérique Latine et les Caraïbes génèrent 231 millions de tonnes de déchets.

L’Afrique Subsaharienne, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient génèrent respectivement 179 et 124 millions de tonnes de déchets. Le constat est sans équivoque, que ce soit avec les gaz à effet de serre, que ce soit avec les déchets, les grands pollueurs sont au nord de l’hémisphère.

 

Cependant, le rapport prédit aussi que la production de déchets sera multipliée par trois en Afrique subsaharienne et  par deux en Asie du Sud, et que ces deux régions représenteront 35 % des déchets produits sur la planète en 2050. La région Moyen-Orient et Afrique du Nord devrait également doubler sa production de déchets d'ici 2050. 

Les pays à revenu élevé et intermédiaire de la tranche supérieure assurent globalement la collecte des déchets et, dans les premiers, plus d’un tiers des ordures sont recyclées ou compostées. Les pays à faible revenu collectent environ 48 % des ordures dans les villes et seulement 26 % dans les zones rurales, et ne recyclent que 4 % des déchets. À l’échelle mondiale, seuls 13,5 % des déchets sont recyclés et le compostage ne représente que 5,5% des ordures.

Comment juguler ce problème ?

 Depuis 2000, la Banque mondiale a alloué plus de 4,7 milliards de dollars à environ 340 programmes de gestion des déchets solides à travers le monde. Pour inverser la tend  ance et sauver l’humanité des graves dangers encourus, le rapport préconise des actions. A savoir :

Financer la gestion des déchets, réduire les émissions de carbone et renforcer la résilience. Parce que faute d’action, les émissions de gaz à effet de serre imputables aux déchets solides grimperont à 2,6 milliards de tonnes d’équivalent CO2 en 2050.

Formaliser également le métier de ramasseurs d’ordures. En effet, selon le rapport What a Waste 2.0,  améliorer les moyens de subsistance des ramasseurs de déchets en les intégrant dans l’économie formelle,  en renforçant la filière du recyclage et en identifiant d’autres possibilités d’emploi pourrait constituer une solution.

Enfin, l’importance des données, de la planification et d’une gestion intégrée des déchets a été proposée comme une des voies pour aider à résoudre le problème.

 
 
impartialement
L’édito de Valery Foungbé
POURQUOI NOUS DEVONS FAIRE ATTENTION..

Affaire DJ ARAFAT / Publication d'AUDIO sur Hamed Bakayoko

 

POURQUOI NOUS DEVONS FAIRE ATTENTION...

 

Mieux vaut prévenir que guérir, dit l'adage. C'est à cette aune que je voudrais me permettre d'inviter tous les Internautes, les miens particulièrement, à faire très attention à ce qu'ils publient ou partagent.

 

J'ai entendu un audio repris un peu ici et là avec la voix d'une  dame qui porte de graves accusations sur monsieur Hamed Bakayoko.

 

Je suis très mal placé pour être son défenseur, puisque et son régi

Lire la suite >>>
Biographie
MARIE CHANTALE KANINDA, LA PATRONNE DU DIAMANT...
titre
dossier de la semaine
Procès Gbagbo / Blé Goudé : COMMENT BENSOUDA A TROMPE TOUT LE MONDE
Valery Foungbe - 05-06-2019
A la decouverte de

Emeraude Charly - 22-05-2019