";
 
   
 
  Politique         economie         societe         sport         contRibutions         Dossier         Biographie         A la decouverte de  
  Breve : ETHIOPIE / TENTATIVE DE COUP D'ETAT : LE CHEF D'ETAT-MAJOR DE L'ARMEE TUE PAR SON GARDE DU CORPS  
  Document sans nom
Politique
 

CENTRAFRIQUE / QUI EST LE NOUVEAU PREMIER MINISTRE ?

CENTRAFRIQUE / PRIMATURE

FIRMIN NGREBADA PREND SES MARQUES A LA PRIMATURE

Depuis le 25 février 2019, le président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadéra a nommé, un nouveau premier ministre en remplacement de Simplice-Mathieu Sarandji. Le nouvel homme fort du gouvernement centrafricain prend ses marques déjà.  A la vérité, celui qui était encore il y a quelques mois Directeur de Cabinet du président Touadéra a été préparé pour la mission. Mais qui se cache derrière cette personnalité ?

Pour Firmin Ngrébada, la tâche s’annonce ardue mais aussi palpitante. Le nouveau Premier ministre centrafricain arrive à une période cruciale pour son pays : la pacification de l’ensemble du territoire dans un contexte, où des forces occultes extérieures essayent tant bien que mal de déstabiliser la Centrafrique, avec la multiplication de groupes armés.

Mais l’homme est paré pour l’emploi. Lui qui depuis des années ne cesse de travailler dans l’ombre pour le rayonnement de son pays et ce, sous plusieurs régimes depuis 1993. D’ailleurs, tout le monde en Centrafrique s’accorde pour dire qu’il dispose de qualités de fin et redoutable négociateur.

En effet,  en fin négociateur, c’est lui qui a conduit la délégation gouvernementale qui a obtenu l’accord de paix et de réconciliation de Khartoum au Soudan avec différents groupes armés. Une prouesse saluée à sa juste valeur par de nombreux centrafricains qui espèrent retrouver la quiétude après tant d’années d’instabilité.

De plus, il est attribué au nouveau Premier Ministre un autre fait d’armes qui a fini par asseoir sa légitimité auprès du Président Touadéra dont la confiance ne lui a jamais fait défaut. L’installation stratégique et inattendue des Russes en Centrafrique lui est attribuée. Car, c’est avec son entregent que l’accord de défense entre les deux pays a pu être possible.

Aujourd’hui, il a la possibilité d’exprimer pleinement son talent dans un pays qui aspire revenir au-devant de la scène.

Né en 1968, le nouveau chef du gouvernement centrafricain est juriste de formation. Son parcours scolaire et universitaire l’a successivement conduit à se former en Italie, à Turin notamment et en France. Dans ces deux pays, il a étudié les sciences juridiques.

Lorsqu’il retourne  en Centrafrique en 1993, il s’engage dans la fonction publique. Il travaille en tant que chargé de missions au Ministère du Travail et de l’Emploi, puis devient chef de cabinet dans le gouvernement de l’ancien président Ange-Félix Patassé.

Après le renversement du Président Patassé, Firmin Ngrébada va servir sous François Bozizé à la Présidence de la République. Dans ce même gouvernement, il exercera comme Directeur de cabinet adjoint entre  2008 et 2013 du Premier Ministre de l’époque qui n’est autre que Faustin Touadéra, actuel chef de l’Etat de la Centrafrique. La complicité entre les deux hommes ne date donc pas d’aujourd’hui.

Même à la suite du renversement du Président Bozizé par les rebelles de la Séléka, Firmin Ngrébada ne chômera pas longtemps. En effet, il sera rappelé en urgence pour gérer le cabinet du président de la transition Ferdinand Nguendet.

Cette mission terminée, la transition avec l’élection du Président Touadéra, Firmin Ngrébada sera nommé, en 2016, Ministre d’Etat, Directeur de cabinet. Toujours effacé et dans l’ombre de ses patrons, il va s’acquitter de ses tâches jusqu’à ce 25 février où par décret, le président Touadéra va le mettre sous le feu des projecteurs en le nommant Premier Ministre de la République de Centrafrique.

Désormais, l’artisan de l’accord de Khartoum pour la Paix et la réconciliation en Centrafrique devra batailler pour obtenir la stabilité pour son pays. Seul gage pour attirer les investisseurs étrangers, mobiliser l’épargne nationale en vue de remettre le pays sur les rails économiques.

A cet effet, il devra faire montre d’une maestria pour nouer des relations solides avec les institutions financières internationales. Cela passe inexorablement par le réchauffement diplomatique avec l’ancienne puissance coloniale, peut-être, afin que celle-ci mette fin à ses velléités déstabilisatrice du fait de la présence russe qui semble lui déplaire au plus haut point.

Sur ce point, la Centrafrique part confiante. L’installation des militaires russes qui se veut dissuasive pourrait faciliter les négociations de l’ombre.

 

 
 
impartialement
L’édito de Valery Foungbé
SORO, CE « PETIT » SANS « LEGITIMITE » A GRANDI…

La bataille fait rage entre le RHDP et Guillaume Soro. Indéniablement. Le dernier épisode de cette bataille qui a eu lieu à Rabat au Maroc, et qui a vu Amadou Soumahoro perdre la face, a fait comprendre à ceux qui tirent les marrons du feu auprès de Ouattara que l’ex-Président de l’Assemblée Nationale n’entend pas rester inerte devant l’entreprise d’enfouissement dont il est l’objet.

C’est sous ce prisme qu’il faut analyser la sortie du Ministre Hamed Bakayoko qui a déclaré, parlant de Guillaume Soro ceci : «  Tu es le plus petit dans la famille, tu n’es pas plus fort que le plus gr

Lire la suite >>>
Biographie
MARIE CHANTALE KANINDA, LA PATRONNE DU DIAMANT...
titre
dossier de la semaine
Procès Gbagbo / Blé Goudé : COMMENT BENSOUDA A TROMPE TOUT LE MONDE
Valery Foungbe - 05-06-2019
A la decouverte de

Emeraude Charly - 22-05-2019